Territoires vivants, territoires vénérés

Ratification de la « Grande Paix de Montréal » en 1701, signatures des chefs des nations indiennes et du gouverneur français. Archives nationales d’outre-mer (ANOM). Wikimedia Commons, domaine public 

Introduction

Dans les semaines précédant cette entrevue avec Yves Sioui Durand, en août 2022, des intervenant·e·s autochtones de tout le pays ont multiplié des actions interpellant le pape François à réfuter la Doctrine de la Découverte. Ce concept colonialiste européen a été développé au XVe siècle par l’Église catholique pour justifier la dépossession des peuples non-chrétiens de leurs territoires ancestraux et pour cautionner leur génocide[i].

Dans ce contexte nos rédacteur·trice·s, Rana Bose et Jody Freeman, ont préparé des questions liées aux concepts traditionnels autochtones de « nation » et de « territoire », aux relations d’appartenance et de responsabilité envers le territoire, aux pratiques autochtones d’agriculture, et aux droits et obligations ancestrales de protéger, préserver et s’occuper de ces territoires. Ceux de la Nouvelle-France et de Tiohtiá:ke nous intéressaient davantage, de même que des exemples de relations de nation à nation basées sur la reconnaissance des droits et des valeurs ancestrales autochtones, malgré la Doctrine de la Découverte. On pense notamment à la Grande Paix de Montréal de 1701, traité signé entre le gouverneur de la Nouvelle-France et 39 nations autochtones représentées par 1 300 délégué·e·s.

Yves Sioui Durand, figure importante du théâtre autochtone contemporain, a condensé des milliers d’années d’histoire et de préhistoire dans une entrevue en vidéoconférence qui a duré un peu moins d’une heure. Nous sommes très reconnaissant·e·s de l’envergure des recherches, de la réflexion et de la synthèse distillées dans les quatre capsules vidéo qui suivent. Nos remerciements chaleureux à Yves pour ce tour de force. Tia wenkh.

Le comité de rédaction de Montréal Serai

Image tirée de la pièce de théâtre Porteur des peines du monde, Ondinnok (1984-1985)

Un temps très long d’occupation ancestrale

Entrevue avec Yves Sioui Durand, Partie I (Jody Freeman, Montréal Serai, 12 août 2022)
Carte de l’Europe et de l’Afrique qui appartenait à Christophe Colomb en1490

Voir la carte interactive mondiale des territoires autochtones, langues et traités, produite par Native Land Digital. (See the interactive world map of Indigenous territories, languages and treaties created by Native Land Digital.)

Une nation intègre plusieurs peuples

Entrevue avec Yves Sioui Durand, Partie II (Jody Freeman, Montréal Serai, 12 août 2022)
Image tirée de la pièce de théâtre Porteur des peines du monde, Ondinnok (1984-1985)

Concepts de gardiennage vs de possession du territoire, de don vs d’échange,
de relations respectueuses d’interdépendance et de partage (“All My Relations”)

Entrevue avec Yves Sioui Durand, Partie III (Jody Freeman, Montréal Serai, 12 août 2022)
Two Row Wampum, l’un des plus anciens traités conclus entre le peuple Onkwehonweh de l’Île de la Tortue (Amérique du Nord) et les immigrant·e·s européen·enne·s, en 1613. Nativemedia, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, Wikimedia Commons

Contexte de la Grande Paix de Montréal

Entrevue avec Yves Sioui Durand, Partie IV (Jody Freeman, Montréal Serai, 12 août 2022
Quelques signataires de la Grande Paix, 1701
Un couple de Hurons, vers 1750-1780. Source: Archives de la Ville de Montréal. CA M001 BM007-2-D27-P003

Yves Sioui Durand

Yves Sioui Durand a écrit plus de 14 textes dramatiques pour la radio de Radio-Canada et plus de 26 créations théâtrales originales, dont Le Porteur des peines du monde – 1985 (FTA), La Conquête de Mexico – 1991, Iwouskéa et Tawiskaron – 1999 (FTA), Hamlet – Le Malécite – 2004, Xajoj Tun – Rabinal Achi – 2010, Un monde qui s’achève – Lola – 2015, et a réalisé plus de 27 mises en scène.

En 2011, il passe au cinéma et réalise Mesnak, le premier long métrage de fiction amérindienne du Québec. Il crée et dirige les trois éditions de l’événement multidisciplinaire Printemps autochtone d’Art (en 2013, 2015 et 2017), regroupant exposition, théâtre, cinéma et cabaret poétique afin de bâtir un pont entre les communautés culturelles et le public québécois, affirmant la nécessité d’un lieu de diffusion des arts autochtones à Montréal.

En 2017, Yves Sioui Durand met en scène le spectacle musical de condoléance Kaion’i avec l’ensemble Kawandak à la Place des Arts, dans lequel il joue. Il obtient les prix du Gouverneur général du Canada pour la réalisation artistique et de la Fondation Hnatyshyn pour sa contribution exceptionnelle aux arts de la scène. En 2018, il est nommé Compagnon des arts et des lettres du Québec.

Poursuivant sa carrière, il assume en 2019 la mise en scène de Tlakentli, la création danse-théâtre de la compagnie avec Carlos Ribera et Leticia Vera, présentée à la Place des Arts de Montréal.

Depuis 2018, Yves Sioui Durand travaille au développement d’un nouveau long métrage de fiction Suenos/Rêves/Dreams, qui relie les trois Amériques, et au projet d’un livre qui traduira l’aventure créatrice d’Ondinnok de 1985 à 2020.

Pour de plus amples renseignements sur sa compagnie de théâtre, veuillez visiter le site web d’Ondinnok.

Please visit Ondinnok for more information.

Variété ancienne de maïs noir cultivée dans la région de Xochimilco, à voir au Museo Arqueológico de Xochimilco, Ciudad de Mexico, Mexico City – Photo © Celinebj, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, Wikimedia Commons

(i) Voir la portée de la Doctrine de la Découverte, illustrée sous forme de carte géographique.

Doctrine de la Découverte illustrée sous forme de carte géographique, source anonyme

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *