Public domain

Quand j’y pense je me nuis

Une idée douce mais incolore

Un éclair de haine et puis d’envie

Tu m’écoeures mais je te suis

 

Tes morsures me rendent saine

L’odeur des nuits grises et sereines

Seule et honteuse dans mon lit

Je te veux mais je te fuis

 

Plus je cours plus je te guette

Lumière d’un phare qui me conduit

Poésie inutile et puis malsaine

Je m’enfonce plus tu me détruis

 

Manuscrit inédit de mots dédaigneux

Je m’accroche et je te glorifie

Un amour décisif qui me ruine

Une tombe creusée tel un abîme